Ban2000x300- webOK-1

Bienvenue

Le CNES invite les doctorants/post-doctorants de la promotion 2021 à participer aux
Journées d’Accueil Jeunes Chercheurs les 10 et 11 octobre 2022 au Centre Spatial de Toulouse (CST), bâtiment Léonard de Vinci.

Au programme :
Découverte du CNES et du centre spatial de Toulouse, rencontre avec les correspondants CNES et échanges entre jeunes chercheurs !

Promotion 2021 | Annie EASLEY

Oubliée pendant de longues années, cette mathématicienne de formation a contribué, comme Dorothy Vaughan ou Katherine Johnson, aux grandes avancées techniques de la Nasa et à l’histoire de la conquête spatiale américaine. Elle fait partie de ces femmes pionnières dans le milieu très masculin de l’astronautique américaine des années soixante.

En 1955, Annie Easley commence sa carrière à 22 ans en tant que « calculatrice humaine » à la NACA (National Advisory Committee for Aeronautics,) au sein du Lewis Flight Propulsion Laboratory de Cleveland (LFPL, Ohio). Elle y travaillera pendant 35 ans jusqu’à sa retraite en 1989.  Avant l’arrivée des premiers ordinateurs IBM et qu’elle devienne rapidement une adepte de la programmation informatique et du langage Fortran, elle analyse des problèmes de physique souvent assez compliqués et en réalise les calculs numériques à la main !

Dans son premier travail, elle effectue des simulations de fonctionnement du réacteur nucléaire de Plum Brook (Ohio) pour des essais de matériaux spatiaux et la conception de moteurs à propulsion à l’hydrogène. Elle participe ensuite, pendant plus d’une décennie aux cotés de chercheurs, au développement de codes de calcul pour la mise au point des systèmes d’alimentation en hydrogène de propulseurs et à la conception des étages cryogéniques, comme l’étage supérieur Centaur. Grâce à son travail, le projet Centaur (1958-2002) est devenu une étape clef dans l’histoire des fusées en validant la propulsion cryogénique ; une technologie essentielle aux voyages interplanétaires et aux expéditions lunaires, comme ceux des sondes Voyager ou celles du programme Apollo, mais aussi plus récemment de la sonde NewHorizon et des missions Artemis.  Durant toute sa carrière, Annie Easley contribuera à de nombreux programmes spatiaux en tant qu’informaticienne. Elle inspirera de nombreuses vocations et incitera de nombreux étudiants et jeunes filles issus des minorités à s’engager dans des carrières dans le domaine spatial et plus généralement dans les domaines des sciences, de la technologie, de l’ingénierie et des mathématiques. Elle gagnera l’admiration et le respect de ses collègues, qui apprécient son énergie et une attitude toujours positive stimulant le travail en équipe.

Comme elle aimait le dire « Si je ne peux pas travailler avec vous, je travaillerai autour de vous ! »

Nous vous informons que les 2 journées pourront être filmées et/ou photographiées pour les usages du CNES pour tous les médias sans limitation de durée.